11 raisons d’adopter les culottes menstruelles Perdième

11 raisons d’adopter les culottes menstruelles Perdième

Culotte menstruelle, culotte de règles ou encore culotte périodique, autant d’appellations pour désigner ce sous-vêtement féminin nouvelle génération. Fusion astucieuse entre une culotte traditionnelle et une serviette hygiénique lavable, cette lingerie innovante joue le rôle de protection lors des menstruations. Si elle accompagne de plus en plus de femmes dans leur quotidien, que ce soit durant leurs règles ou en dehors de leur cycle menstruel, pour gérer les pertes blanches ou les fuites urinaires, c’est qu’elle présente de nombreux avantages. Vous en doutez ? Laissez-nous vous détailler les principaux atouts des culottes menstruelles Perdième

1. Efficacité : une absorption fiable pendant 10 h

Ce que l’on demande avant tout à une culotte de règles, c’est qu’elle remplisse sa fonction première : absorber le sang menstruel, tout en prévenant fuites et odeurs.

Les culottes menstruelles Perdième sont conçues de telle sorte qu’elles vous garantissent une absorption et une respirabilité optimales. 
La doublure en jersey de coton – maille finement tricotée, souple, élastique et respirante – recueille le flux menstruel et le draine vers la couche inférieure. Cette dernière, faite en viscose de bambou au fort pouvoir absorbant, capte et retient les pertes sanguines. Une troisième couche joue le rôle de barrière antifuite grâce à son tissu enduit isolant et étanche, et assure la complète imperméabilité de votre sous-vêtement. 

La culotte de règles Perdième est ainsi toute aussi performante qu’une protection périodique conventionnelle jetable. Elle absorbe l’équivalent de 2 à 3 tampons normaux. Il est donc possible de la porter jusqu’à 10 heures consécutives (durée moyenne estimée, variable en fonction de la nature de votre flux), de jour comme de nuit. Vous êtes ainsi protégée efficacement en toute circonstance.  

2. Praticité : un dessous aussi simple à porter qu’une culotte classique

En tant que sous-vêtement, la culotte menstruelle s’enfile, se porte, s’ôte et se lave comme un slip standard. Il n'y a qu'une étape de rinçage en plus, très simple et rapide, à intégrer dans votre routine. Pas de surprise donc avec cette pièce de lingerie, semblable à celles classiques que vous comptez déjà dans votre garde-robe et que vous avez l’habitude de mettre quotidiennement.

En tant que protection périodique, sa capacité d'absorption de 10 heures en moyenne vous permet de la garder plus longtemps qu’une protection de type serviette ou tampon. Pour les flux très légers à moyennement abondants, nul besoin de la changer au cours de la journée ; une fois enfilée le matin, elle se fait totalement oublier et vous êtes sereine jusqu’au soir. Pour les flux très abondants, elle peut très bien se combiner avec d'autres dispositifs tels que la coupe menstruelle ou le tampon lavable.

3. Respect de la santé : une composition clean

En 2018, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a réalisé une évaluation de la sécurité des protections intimes. L’étude portait sur les serviettes hygiéniques, les tampons, les protège-slips et les coupes menstruelles.

Le rapport, publié en juillet 2018 puis complété fin 2019, a révélé la présence de substances chimiques (pesticides, hydrocarbures aromatiques polycycliques, dioxines, etc.), potentiellement cancérigènes ou soupçonnées d’être des perturbateurs endocriniens, mais en faibles quantités et « sans dépassement des seuils sanitaires ». L’Agence a donc conclu à « une absence de risque sanitaire » par voie cutanée mais a demandé aux marques d’améliorer la qualité des matières premières utilisées et de revoir certains procédés de fabrication.

L’Anses était également mandatée pour l’étude du syndrome du choc toxique (SCT) menstruel. Cette affection, rare mais grave et potentiellement létale, est provoquée par la libération d’une toxine dans le sang, sécrétée par une bactérie très pathogène : le staphylocoque doré. Les résultats obtenus ont mis en évidence que seules les protections périodiques internes peuvent exposer au risque du SCT, lorsqu’elles sont portées trop longtemps. C’est la macération du sang à l’intérieur de l’organisme qui favoriserait la prolifération de la bactérie incriminée. Quant aux protections intimes externes, il est stipulé qu’elles ne sont pas impliquées dans la survenue de cette maladie. 

Face à ces problématiques de composition, la culotte menstruelle Perdième offre une alternative saine aux protections périodiques traditionnelles. 
Elle ne contient pas de produits toxiques pour la santé : ni phtalates, ni chlore, ni parfum. 
Les tissus utilisés sont certifiés par des labels reconnus qui garantissent des niveaux de qualité et de sécurité élevés. La doublure, en contact direct avec la peau, est en coton certifié GOTS, attestant du caractère biologique du textile. Un traitement anti-microbien lui est aussi appliqué pour éviter le développement de germes infectieux. La dentelle fine qui garnit le pourtour de nos culottes, la partie absorbante interne ainsi que la microfibre sont certifiés Oeko-Tex standard 100, c’est-à-dire exempts de toute substance nocive. 
D’usage externe, la culotte de règles n’expose pas au risque du SCT. 

4. Respect de l’intimité : une protection externe non invasive

Tampons hygiéniques et coupes menstruelles sont des modes de protection à usage interne. Ils s’insèrent dans le vagin, avec les doigts ou grâce à un applicateur, et s’en extraient également manuellement.
Cela implique donc les prérequis suivants : 
  • Connaître un minimum l’anatomie de son appareil génital, pour une insertion correcte et en douceur ;
  • Être à l’aise avec l’idée d’introduire un élément étranger dans son corps, particulièrement au niveau de cette zone intime ;
  • Ne pas être incommodée par le contact avec les muqueuses et les fluides biologiques ; 
  • Ne pas être sujette à des infections fréquentes telles que les mycoses ;
  • Ne pas souffrir de dysfonctionnements comme la vulvodynie ou le vaginisme ; 
  • Ou bien encore ne pas utiliser de dispositif intra-utérin (DIU) comme contraceptif (puisqu’il semblerait que le retrait de la cup, à cause de son effet ventouse, provoque parfois un déplacement du DUI, le rendant douloureux ou inefficace). 

    Pas toujours facile de ne pas se retrouver dans l’une de ces situations, que l’on soit une femme adulte ou une toute jeune fille confrontée à ses première règles.

    La culotte menstruelle, elle, est à usage externe. Elle permet donc de se libérer de toutes ces contraintes limitantes : elle est accessible à toutes, sans condition. 

    5. Confort : bouger en toute liberté

    Perdième propose une culotte menstruelle à la coupe peu échancrée, suffisamment couvrante, avec un joli tombé sur le galbe des fesses, assurant un confort dans toutes les situations de la vie courante, y compris lors d’activités physiques et sportives.

    Le système de fixation des serviettes hygiéniques amovibles peut s’avérer approximatif : pas assez adhésif pour la version jetable ou trop lâche pour la version réutilisable. Souvent, la protection bouge ; elle se déplace d’avant en arrière ou sur les côtés de façon hasardeuse. Ainsi mal positionnée, elle provoque une sensation d’inconfort et augmente le risque de fuites. Le jour, on en a conscience et c’est incommodant ; la nuit, on ne peut pas contrôler le phénomène et cela peut être source d’inquiétude pour le réveil. 
    Il en est de même pour les tampons, qui, mal placés à l’intérieur du vagin, peuvent induire une gêne, voire une douleur. 
    De plus, les serviettes périodiques ont une certaine épaisseur, ou plutôt une épaisseur certaine ! Qui n’a jamais eu l’impression quelque peu désagréable de porter une couche pour bébé ?

    A contrario, la culotte menstruelle intègre en son sein même la partie technique absorbante. Celle-ci est certes plus épaisse que la doublure d’une culotte classique mais plus fine qu’une serviette hygiénique. Ce tout-en-un offre une grande liberté de mouvement puisqu’il reste en place et suit les inclinaisons du corps. 

    6. Discrétion : être la seule à savoir que l’on a ses règles

    Adopter la culotte menstruelle, c’est faire le choix de la discrétion : 
    • Terminés les paquets de serviettes ou de tampons visibles sur les étagères et les tiroirs de la salle de bain ou des W.-C ;
    • Fini l’effet « couche » de la serviette hygiénique, qui, en plus d’être inconfortable comme évoqué précédemment, peut également être bruyant lorsque l’on se déplace ou que l’on s’assoit, ou visible quand on souhaite porter une tenue près du corps ;  
    • Adieu le risque de voir s’échapper de son sac à main un emballage souvent voyant à la forme non équivoque quand on cherche tout autre chose à l’intérieur ; 
    • Envolée la gêne de devoir cacher sa protection périodique de rechange dans sa main ou dans sa poche jusqu’aux toilettes ;
    • Plus besoin de demander à une amie – dans le meilleur des cas –, ou à une inconnue – si pas le choix –, de nous dépanner lorsqu’on a oublié de refaire le plein ou que nos règles arrivent sans crier gare. 

      7. Facilité d’entretien : lavage en machine avec le reste du linge

      Une fois portée et souillée, la culotte menstruelle se rince à l’eau claire sous le robinet, jusqu’à ce que la majorité du sang soit dégorgée. Il est possible d’enlever les traces un peu plus incrustées en les frottant avec un simple savon. Ensuite, il n’est pas nécessaire de prévoir une tournée spécifique pour nettoyer ce dessous périodique ; il se lave en machine à 40 degrés avec le reste de votre linge. Le séchage se fait à l’air libre, sans utiliser de source de chaleur artificielle, pour préserver les propriétés techniques et la forme du sous-vêtement.

      Pour plus de détails, vous pouvez consulter notre article écrit à ce sujet

      8. Écologisme : une option durable et zéro-déchet

      Selon les statistiques de Planetoscope, plus de 45 milliards de serviettes et tampons hygiéniques sont jetés chaque année dans le monde. Riches en plastique (packaging, applicateur, bande adhésive sur les ailettes, ficelle en polyester, etc.), ces produits mettent entre 500 et 800 ans pour se dégrader. Autant dire que ces protections périodiques jetables ne sont pas des plus bénéfiques pour notre environnement. 

      Les culottes menstruelles Perdième sont lavables, donc réutilisables, et ce sur une période moyenne de 3 ans. Les utiliser en remplacement des protections jetables réduit ainsi significativement la quantité de déchets générés tout au long d’une vie de menstruations. 

      De plus, Perdième a fait le choix de matériaux tous issus d'Europe – Italie, Portugal, Espagne et France – et d’une confection également européenne, ce qui limite son empreinte carbone. 

      9. Économie : une rentabilité sur le long terme

      En 2019, Le Monde s’est lancé dans le calcul du coût moyen des dépenses réalisées en hygiène pour les menstruations par femme : ce budget se situe entre 100 et 150 € par an, soit environ 10 € par cycle. Cette estimation comprend l’ensemble des achats liés à la gestion des règles : protections périodiques, médicaments anti-douleur, renouvellement de la lingerie et du linge de lit, visite annuelle de contrôle chez le gynécologue. Sachant qu’en moyenne, les femmes ont leurs règles durant 39 ans, soit environ 500 fois dans leur vie, cela représente un enveloppe globale de 5 000 €. 

      Même si l’achat d’une culotte de règles représente un coût non négligeable, c’est un investissement rentable sur le long terme. Une culotte menstruelle Perdième revient à 39 € et a une durée de vie moyenne de 3 ans. Pour 5 culottes, le budget est de 195 € pour 3 ans, soit de 2 535 € pour les 39 ans de menstruations sur une vie. Une ardoise divisée par 2 !

      De plus, la culotte menstruelle est multi-usage. Destinée en premier lieu à l’absorption du sang menstruel, elle peut s’employer pour le spotting, les fuites urinaires ou bien encore les pertes blanches. 

      10. Allègement de la charge mentale : quand la logistique menstruelle est un souci en moins

      Depuis quelque temps, le concept de charge mentale est de plus en plus usité et reconnu. Il désigne la charge cognitive invisible qui se cache derrière toute la gestion de la vie courante, domestique et professionnelle, et qui peut engendrer un surmenage : tâches ménagères, courses, repas, enfants, rendez-vous, achats, réunions, etc. Aujourd’hui, elle concerne majoritairement les femmes

      Vous vous demandez, à juste titre : quel lien avec les culottes menstruelles ? 

      Opter pour ce moyen de protection périodique peut contribuer à une réduction, même légère, de cette charge mentale. 
      L’esprit est libéré des contraintes matérielles associées à la gestion du cycle menstruel. L’utilisation d’une culotte de règles s’inscrit dans une routine domestique classique : porter et laver un vêtement comme un autre ; se servir d’objets et de produits ménagers déjà disponibles – machine à laver, lessive, savon, etc. 
      Inutile de penser à inscrire serviettes ou tampons sur la liste des courses. Pas la peine de réfléchir à vérifier qu’il y a suffisamment de stock à la maison ou dans son sac avant de partir quelque part. Plus besoin de se charger de demander à son ou sa partenaire d’en acheter au supermarché. Les culottes menstruelles sont rangées dans l’armoire, à un endroit donné, dans l’attente du prochain cycle. 

      11. Esthétique : une raison de plus de s’aimer, même pendant ses règles

      L’élément clé qui nous distingue des autres marques de lingerie menstruelle : l’esthétique de nos créations textiles. Notre ambition : mettre en valeur les corps féminins en les parant de jolis atours, y compris pendant cette période du mois où l’on n’est pas toujours au top de sa forme, physique et morale. 

      Chez Perdième, nous vous proposons une gamme de culottes menstruelles graphique et colorée. Nos motifs sont imprimés sur une microfibre douce et légère, qui laisse transparaître leur finesse et leur délicatesse. Conçus par des pattern designers collaborant en exclusivité avec Perdième, ils sont imaginés en rapport avec le thème du voyage. À l’inverse de certains modèles aux coloris sombres et au design minimaliste, nous avons choisi de mettre à profit la créativité d’artistes inventives dans notre lingerie. Perroquets chatoyants, fleurs épanouies, arabesques coralliennes. Une petite pincée d’ailleurs pour tenter d’égayer votre journée et vous procurer ce doux sentiment d'évasion. 

       

      Alors, convaincue ? Nous espérons que tous ces avantages vous auront a minima permis de découvrir ce mode de protection et au mieux décidé à tester l’une de nos culottes menstruelles. Le plus difficile désormais : choisir parmi tous nos motifs !

       

      Écrit par Camille Dugornay