Le crowdfunding et Perdième

Campagne crowdfunding 2021 Perdième shorty menstruel Taipei et Pondichéry

1,02 milliard d’euros. C’est le total des fonds collectés par les plateformes de crowdfunding en France en 20201. Cela représente 115 616 projets financés par ce biais. Un record qui souligne l’importance de cette solution de financement moderne dans le paysage actuel de la création d’entreprise et du développement de nouvelles activités. Perdième s’inscrit dans cette mouvance. Un an après sa première campagne de financement participatif à l’automne 2020, la marque réitère l’expérience en ce mois d’octobre 2021. Dans un souci de transparence, il nous semble intéressant de fournir des informations quant à cette pratique. En quoi consiste le financement participatif ? Comment fonctionne-t-il ? Pourquoi peut-il représenter un formidable levier de croissance pour les entreprises ? Quels sont les objectifs de cette deuxième campagne lancée sur Ulule pour Perdième ? Réponses dans cet article. 

Qu’est-ce que le crowdfunding ? 

"Crowdfunding" ou "financement participatif"

Le « crowdfunding » désigne une façon de financer un projet, c’est-à-dire un moyen de recueillir de l’argent dans le but de concrétiser ce projet. On le traduit communément par « financement participatif » en France ou « sociofinancement » au Canada. Ce mode de financement est basé sur la participation financière – généralement des petits montants – d’un grand nombre d’individus – principalement des particuliers – désireux de soutenir une même initiative. La collecte de fonds se fait en ligne auprès d’internautes par l’intermédiaire d’une plateforme numérique. Le projet soutenu peut être de tout type : entrepreneurial, associatif, culturel, artistique, environnemental, etc. 

Le crowdfunding : la collecte de petits montants auprès d'un grand nombre de contributeursLe crowdfunding : la collecte de petits montants auprès d'un grand nombre de contributeurs

Une pratique ancienne, modernisée et conceptualisée au début des années 2000 

Né de la contraction des mots anglais crowd, la « foule », et funding, le « financement », le terme « crowdfunding » signifie littéralement le « financement par la foule ». Ce néologisme est attribué à l’américain Michael Sullivan qui l’utilise pour la première fois en 2006 sur son blog Fundavlog2. Même si le concept est officiellement et largement reconnu sous cette appellation au cours de la décennie qui suit, la pratique n’est pas nouvelle.

La construction de la Statue de la Liberté : un exemple de crowdfunding avant l'heure

Les exemples d’appels au financement par les foules sont nombreux dans l’Histoire. L’un des plus marquants : la construction de la Statue de la Liberté. Le chantier est arrivé à son terme en 1886 grâce à d’impressionnantes levées de fonds. En France, diverses actions de promotion menées entre 1875 et 1880 – campagne de souscription, loterie, vente de statues miniatures, etc. – permettent de collecter plusieurs centaines de milliers de francs auprès de communes et de citoyens français3. Côté américain, plus de 120 000 New-Yorkais répondent à l’appel aux dons lancé par Joseph Pulitzer aux lecteurs de son journal New York World en 1885. 100 000 dollars sont rassemblés et investis dans la construction du socle de la statue3.

Le principe est toujours le même : faire appel à la générosité du plus grand nombre. Cependant, le financement participatif a pris une nouvelle dimension au début des années 2000. Plusieurs facteurs conjugués expliquent cette mutation : 
  • les effets de la crise financière de 2008, à savoir la raréfaction du crédit, une méfiance globale à l’égard des institutions bancaires classiques, et donc la recherche d’alternatives aux outils de financement traditionnels ;
  • la révolution informatique et l’essor d’Internet ; 
  • le développement des réseaux sociaux et des communautés. 

Le financement participatif, comment ça marche ?

Les différentes formes de crowdfunding

Il existe plusieurs variantes de financement participatif, à choisir en fonction du type de projet et du profil des contributeurs potentiels. 

  • Le don sans contrepartie : le contributeur, intéressé par le projet, offre une somme d’argent sans rien attendre en retour ; c’est ce qu’on appelle la donation « coup de cœur ». 

  • Le don avec contrepartie symbolique : en l’échange de sa contribution financière, le souscripteur bénéficie d’une contrepartie non financière appelée récompense, définie en fonction du montant du don ; par exemple, un objet à l’effigie de la marque. 

  • Les préventes ou précommandes : le contributeur préachète le produit ou le service qui fait l’objet de la campagne, en général à un tarif préférentiel, qu’il recevra une fois la campagne clôturée, uniquement si l’objectif est atteint. 

  • Le prêt : l’investisseur prête une somme d’argent au porteur de projet, qui doit lui être remboursée dans un délai imparti, soit sans intérêts (prêt non rémunéré), soit avec des intérêts (prêt rémunéré). 

  • L’investissement : le financeur investit dans le projet en contrepartie d’une rémunération sous forme d’acquisition de parts dans l’entreprise (investissement en capital), d’intérêts (investissement en obligations) ou de commissions sur le chiffre d’affaires (investissement contre royalties). 

Les plateformes de crowdfunding récoltent les fonds versés par les contributeurs durant la campagneLes plateformes de crowdfunding récoltent les fonds versés par les contributeurs durant une campagne

Le fonctionnement des plateformes de financement participatif

Les plateformes de crowdfunding sont des sites Internet qui permettent de mettre en relation la personne à l’origine du projet, qu’on appelle le porteur de projet, et le grand public. Il en existe aujourd’hui de toutes sortes. Les plus connues sont dites « généralistes » puisqu’elles acceptent tout type de projet : Ulule, KissKissBankBank, Kickstarter ou encore Indiegogo. D’autres se spécialisent dans un domaine spécifique, telles que ProArti pour les programmes culturels, GoFundMe pour les initiatives solidaires ou bien Homunity pour les projets immobiliers. 

Le processus est simple. 
  • Le porteur de projet doit s’inscrire sur la plateforme de son choix et y créer une page pour décrire ledit projet et chiffrer ses besoins. En général, plusieurs montants sont définis par palier, correspondant à des objectifs de plus en plus importants. 
  • Les internautes peuvent alors consulter les pages de collecte des différents projets hébergés par la plateforme et choisir celui ou ceux qu’ils souhaitent financer ; ils versent à la plateforme la somme d’argent indiquée pour le palier choisi. 
  • La plateforme conserve les fonds versés par les contributeurs jusqu’à la date de fin de la campagne. 
  • Le projet est lancé si le premier palier est atteint. 

La majorité des plateformes de financement participatif se rémunèrent en prélevant une commission sur les fonds collectés de l’ordre de 5 à 8 %. Ces frais sont effectivement prélevés sur la somme totale versée au porteur de projet à la clôture de la campagne, si cette dernière est une réussite. Dans le cas contraire, lorsqu’aucun objectif n’est atteint, les fonds sont reversés à chaque contributeur. 

Pourquoi recourir au crowdfunding ? Les avantages du financement participatif 

Au-delà de l’apport financier direct qu’il représente, le crowdfunding possède d’autres avantages non négligeables, à la fois pour le porteur de projet et pour le financeur. Il permet de : 
  • lever des fonds rapidement et sans engager de frais importants ;
  • diversifier les sources d’apport financier et s’affranchir en partie ou en totalité des intermédiaires classiques comme les banques ;
  • communiquer avec les potentiels utilisateurs du produit ou du service proposé et répondre à leurs éventuelles questions ; 
  • établir une relation de proximité et de confiance avec les contributeurs, construire une communauté et bénéficier de son soutien pour promouvoir le projet plus largement ; 
  • remercier les participants en faisant preuve de créativité ; 
  • tester la viabilité du projet, en mesurant l’engouement du public pour celui-ci ; 
  • améliorer le projet grâce aux retours, commentaires et conseils formulés gratuitement par le public cible ; 
  • faire aboutir des projets innovants et peu conventionnels, face auxquels les investisseurs traditionnels font parfois preuve de frilosité ;
  • décrocher d’autres financements grâce à la réussite de la campagne ; 
  • encourager et valoriser l’engagement citoyen, mis au service de projets qui ont du sens pour la société. 

Le crowdfunding, une solution de financement essentielle pour Perdième

Un lancement réussi grâce à la première campagne de financement participatif en 2020

Perdième a mené sa première campagne de crowdfunding sur la plateforme Ulule en octobre-novembre 2020. Au total : 775 contributeurs et 1809 préventes ! Un véritable succès qui a permis à la marque de : 

Depuis, ce sont plus de 3 000 culottes qui ont trouvé le chemin de la garde-robe confortable, esthétique et responsable de 1 500 clientes. La marque a également développé des partenariats avec des boutiques physiques éco-responsables, en France et en Suisse. 

Du 14 octobre au 15 novembre 2021 : une deuxième campagne de crowdfunding pour soutenir le développement de la marque

Perdième lance sa deuxième campagne de financement participatif, soutenue par Who’s Next, le salon international leader de la mode féminine en Europe, et Square, spécialiste des solutions de paiement. 

Campagne crowdfunding 2021 Perdième

Logo de la plateforme de crowdfunding Ulule
La marque reste fidèle à la plateforme Ulule, adaptée aux projets mode, facile d’accès et dotée d’un service de coaching performant, assuré avant, pendant et après la campagne. Perdième fait d’ailleurs partie des premières marques à rejoindre leur nouvelle plateforme de vente en ligne Bien ou Bien, cocréée avec la MAIF et dédiée à la consommation responsable.
Cette campagne a pour but de financer : 
  • le développement de la gamme de sous-vêtements proposés, avec une nouvelle forme, le shorty flux abondant, et un nouveau motif intitulé « Taipei » ; 
  • l’extension de la gamme des tailles, pour plus d’inclusivité ; 
  • une nouvelle offre de marrainage avec des goodies surprises pour les marraines et les filleules. 

 

Le crowdfunding est un véritable outil de financement moderne qui peut faire toute la différence pour une jeune marque. N’hésitez pas à nous donner un petit coup de pouce en participant à la campagne de financement participatif Perdième 2021 ! 


Écrit par Camille Dugornay


Sources : 

  1. FPF Financement Participatif France. Le crowdfunding dépasse le milliard en 2020. (2021, 10 février). financeparticipative.org.
  2. Word Spy. Crowdfunding. (2008, 1 juillet). Wordspy.com.
  3. Daubrée, A. (2021, 31 mai). Statue de la Liberté : la folle histoire franco-américaine. Geo.fr.