Les motifs traditionnels japonais

Le motif Osaka, inspiré du motif traditionnel japonais sakura

Seigaha, sensu, yama, koï, sakura Connaissez-vous ces termes venus d’ailleurs ? Leurs consonances exotiques stimulent-elles votre mémoire ou éveillent-elles votre curiosité ? Derrière ces appellations mystérieuses se cachent des motifs traditionnels japonais, composantes essentielles et caractéristiques de l’art nippon. Ces éléments décoratifs aux formes variées, de type géométrique, floral ou bien animalier, font partie intégrante du paysage créatif de l’archipel asiatique. Appréciés pour leur esthétique, ils sont également utilisés pour leur symbolique. Quels sont les valeurs et les messages portés par ces représentations graphiques typiques ? Pour le savoir, embarquez pour un voyage au pays du Soleil-Levant, à la découverte des motifs traditionnels japonais les plus populaires et de leur signification secrète

Les motifs traditionnels japonais : un design fait de symboles

Au Japon, on parle de « wagara ». C’est le mot utilisé pour désigner le motif traditionnel japonais. 

Le kimono, un support pour les motifs traditionnels japonais

Adapté aux codes du design contemporain, le wagara relève cependant d’un usage ancestral. Depuis des siècles, il se décline sur de multiples supports, plus particulièrement sur des objets emblématiques de l’artisanat traditionnel nippon. Dans l’habillement et la mode, il orne les kimonos – le vêtement japonais par excellence, désormais plutôt réservé aux grandes occasions comme les mariages –, et les yukata – version du kimono moins formelle et plus légère, portée en été. Plus largement dans l’univers du textile, il décore aussi bien les tenugui, fine serviette en coton servant d’essuie-tout, de mouchoir ou de bandana, que les furoshiki, morceau de tissu employé pour emballer et transporter des objets, notamment des cadeaux. Pour ce qui est des arts de la table, on le retrouve sur la vaisselle en céramique et les baguettes japonaises. En papèterie, il donne lieu à une grande diversité de washi, le papier artisanal issu du mûrier, très apprécié aujourd’hui pour les loisirs créatifs. Aussi fonctionnels qu’esthétiques, ces objets de la vie courante se parent donc de jolis dessins, caractéristiques du répertoire graphique japonais.

Mais au-delà de leur aspect décoratif, les motifs traditionnels japonais ont une signification bien précise. Ils reprennent des symboles, dérivés de coutumes et pratiques ancestrales, de principes bouddhistes ou d’éléments de la nature (animaux, végétaux, saisons, reliefs, phénomènes naturels, etc.). Ils sont utilisés à dessein, pour véhiculer un message particulier et mettre en avant certaines vertus. Chacun porte de façon explicite le nom de ce qu’il représente. On peut les regrouper selon les 5 catégories suivantes :

  • les motifs japonais géométriques ;
  • les motifs japonais inspirés d’objets familiers ;
  • les motifs japonais inspirés de la nature ;
  • les motifs japonais animaliers ;
  • les motifs japonais floraux.

Pour chaque famille, intéressons-nous à l’un de ses motifs phares et à son sens caché.  

5 motifs traditionnels japonais à (re)connaître

Seigaiha, le motif géométrique de la vague

Le motif traditionnel japonais seigaha

En japonais, le terme « seigaiha » s’écrit avec trois logogrammes, 清海波, signifiant respectivement « bleu », « mer » et « vague ». Il est généralement traduit en français par « les vagues de la mer bleue » ou « les vagues bleues de l’océan ». Le motif du même nom représente ainsi des vagues en haute mer, stylisées en arcs de cercle. L’illusion des flots marins est créée par l’alternance de cercles concentriques de couleurs différentes, souvent bleus et blancs, répétés et superposés à l’infini. Le motif seigaha symbolise le calme, la force tranquille, la paix et la bonne fortune. 

Sensu, le motif de l’éventail japonais

Le motif traditionnel japonais sensu

L’éventail, appelé « sensu », est un objet de la vie courante au Japon. Apportant fraicheur et bien-être lors des fortes chaleurs en été, il est également associé au raffinement et à l’élégance. En effet, c’est l’un des accessoires favoris des geishas, ces femmes artistes et dames de compagnie qui exercent les arts traditionnels japonais pour divertir une clientèle aisée. Puisqu’il se déploie dans un mouvement rappelant l’éclosion d’une fleur, il est assimilé au développement et à la prospérité. 

Yama, le motif naturel de la montagne sacrée

Le motif traditionnel japonais yama

Au Japon, les montagnes, dites « yama », sont des lieux spirituels sacrés, reliant la terre et le ciel, accueillant souvent sanctuaires, cultes et pèlerinages religieux. Selon le shintoïsme, religion japonaise animiste, elles seraient peuplées d’esprits à respecter et à honorer, les kami. L’exemple le plus frappant : le mont Fuji. Situé sur l’île principale de Honshu, ce volcan iconique, avec son sommet blanc immaculé fréquemment perdu dans les nuages, est le point culminant du pays. Y vivrait entre autres la déesse Kono-banasakuya-hime, chargée de faire fleurir les arbres, notamment les cerisiers. Le motif yama est ainsi le symbole de la spiritualité et du divin. 

Koï, le motif animalier de la carpe

Le motif traditionnel japonais koi

« Koï » signifie à la fois « carpe » et « être amoureux ». Le motif Koï, caractérisé en toute logique par le dessin d’une carpe, évoque la puissance, l’ambition, le courage, la persévérance et la réussite, ainsi que l’amour, la passion, la fertilité et la prospérité. En effet, les carpes koï sont des poissons de grande taille, habillés d’écailles étincelantes et multicolores, connus pour leur longévité – une vingtaine d’années en moyenne, mais jusqu’à 70 ans pour certains individus particulièrement résistants ! Elles sont aussi le sujet d’une célèbre légende chinoise, très populaire au Japon. Chaque année, les carpes remonteraient le long et dangereux fleuve Jaune, luttant vaillamment contre le courant. Seules celles atteignant la Porte du Dragon seraient récompensées en étant transformées en magnifique dragon doré, les perdantes devant retenter leur chance l’année suivante.

Sakura, le motif poétique de la fleur de cerisier

Le motif traditionnel japonais sakura

Les fleurs occupent une place de choix dans la culture nippone. La plus emblématique : la fleur de cerisier, ou « sakura » en japonais (qui désigne également l’arbre). Dans le langage des fleurs, dit « hanakotoba », elle est associée à la gentillesse. L’art d’apprécier la délicatesse des sakura a même un nom : le hanami. Il est pratiqué par les Japonais et les touristes du monde entier durant la période de floraison des cerisiers, au printemps, entre mars et mai. C’est justement à la suite d’un voyage au Japon à cette saison que Zoe Charlotte, architecte d’intérieur et pattern designer, a eu l’idée du motif Osaka. Dessiné en exclusivité pour Perdième, il décore à la fois la culotte menstruelle, la culotte classique et le soutien-gorge assorti. Les fleurs de cerisier ont la particularité de ne pas flétrir sur l’arbre, mais d’être emportées par le vent. C’est pourquoi le motif sakura symbolise le côté éphémère de la beauté. 

Ensemble lingerie motif Osaka

Il existe une profusion de motifs traditionnels japonais, tous plus beaux et plus symboliques les uns que les autres. Vous savez désormais en reconnaître un certain nombre et décrypter leur signification. Si vous souhaitez prolonger un peu le voyage et en apprendre plus sur le thème du motif, n’hésitez pas à lire les articles suivants : 

 

Écrit par Camille Dugornay