5 bonnes résolutions pour 2022

Définir et tenir ses bonnes résolutions pour 2022

« 5, 4, 3, 2, 1… Bonne année ! Bonne santé ! » Ça y est, le réveillon du Nouvel An est passé. L’euphorie des fêtes de fin d’année est retombée. Le bilan 2021 est fait. Place au mois de janvier, une période charnière traditionnellement marquée par la présentation des vœux de bonne année mais également par les fameuses bonnes résolutions. À chaque fois, le sujet divise. Resolution or not resolution, that is the question! La bataille fait rage entre deux camps bien distincts. D’un côté, il y a les fervents défenseurs d’une stratégie élaborée avec sérieux et minutie, à base de mood board, objectifs, plan d’action, bullet journal et habit tracker. De l’autre, il y a les partisans du « de toute façon, une résolution, c’est fait pour ne pas être tenue ! » À chacun.e son équipe et sa méthode pour envisager son meilleur avenir. Chez Perdième, on voit plutôt nos résolutions comme des intentions pour les mois à venir, des lignes directrices pour nous guider dans nos futurs projets et nous permettre de garder le cap. Bienveillance, bien-être, créativité, découverte, générosité, voilà ce que l’on vous souhaite et se souhaite chez Perdième pour 2022.

Bonne résolution n° 1 : faire redescendre la pression

Au quotidien, on est souvent happé par la routine et les longues listes de tâches à effectuer. On prend rarement le temps d’analyser la situation, de réfléchir aux éventuels changements à opérer et encore moins de passer à l’action. On attend toujours le bon moment, celui qui nous donnera l’impulsion nécessaire pour déclencher le tant espéré processus d’amélioration. Pour beaucoup, ce moment idéal coïncide avec le début d’une récurrence. Janvier : le recommencement perpétuel du cycle annuel. C’est LA période symbolique du nouveau départ, propice à l’introspection et aux envies de changement. On se dit tous : « c’est maintenant ou jamais ! » On est alors pris par une bouffée d’optimisme et de motivation, qui nous conduit à faire une liste de résolutions toujours plus longue et ambitieuse. Face à l’ampleur de la tâche, le découragement pointe vite le bout de son nez, suivi des sentiments d’échec et de culpabilité dus à l’abandon.
Pourtant, nul besoin de mettre la barre si haut. Qui a dit qu’il fallait tout changer ? Se limiter à un ou deux objectifs qui nous tiennent vraiment à cœur est le meilleur moyen de diminuer la pression et de s’assurer une pleine réussite. Arrêter de fumer, obtenir son permis de conduire, changer de travail : il faut choisir. Et comprendre l’intention sous-jacente qui nous pousse à nous fixer cet objectif : préserver notre santé, être autonome, nous accomplir professionnellement.
Une fois que tout est au clair, on reste bienveillant avec soi-même tout au long du chemin, qu’il soit direct ou bien semé d’embûches !

Bonne résolution n° 2 : prendre soin de soi

Self-love, body positivism, self-care. Autant d’anglicismes de plus en plus usités pour décrire une réalité de plus en plus reconnue : le besoin de s’accepter, de s’aimer et de prendre soin de soi. La crise sanitaire liée à la Covid-19 a mis en lumière l’importance de la santé physique mais également celle de la santé mentale. Prendre la résolution de faire attention à son bien-être est une intention louable, légitime et bénéfique. Cela peut se réaliser par de nombreuses petites actions ou rituels journaliers. Veillons à sortir de chez nous régulièrement, même en télétravail, pour profiter de la lumière naturelle et éviter la déprime hivernale. Essayons de répartir les tâches ménagères entre tous les membres de la famille pour nous libérer du temps de loisir ensemble. Adoptons la lingerie menstruelle pour nous sentir bien et protégée en toutes circonstances. Pratiquons une activité physique ou créative qui nous apporte de la joie, nous détend et développe notre estime personnelle. Des petits plaisirs simples qui font du bien au moral et redonnent de l’énergie.

Bonne résolution n° 3 : cultiver son jardin

Comme nous y invite Voltaire dans son célèbre conte philosophique Candide ou l’Optimisme, cultivons notre jardin, au sens propre comme au figuré.
 
Dans un esprit très terre-à-terre, jardiner est une occupation pratique et ludique, recommandée pour la détente et la satisfaction qu’elle procure. Que ce soit sur le petit balcon de votre appartement ou dans le potager attenant à votre maison, semer, planter, arroser ou encore bouturer permet de se concentrer sur une activité manuelle et d’oublier un instant les tracas du quotidien. De quoi profiter de la nature et développer toujours un peu plus sa sensibilité écologique.
 
Selon la métaphore, il s’agit de travailler à son épanouissement personnel. Apprendre une nouvelle langue, aménager son chez-soi, s’essayer à la danse, cuisiner, bricoler, prendre des cours de chant : voilà des exemples concrets pour exercer et élargir ses talents. Nourrir et faire fleurir notre jardin intérieur, pour agir sur ce qui dépend de nous, tout en laissant de côté les problèmes qui nous dépassent et sur lesquels nous n’avons aucune prise. 

Bonne résolution n° 4 : tenter la micro-aventure

Prendre l’air, respirer, s’évader, explorer : des souhaits essentiels pour 2022. Cette envie d’ailleurs et d’ouverture sur le monde est au cœur de l’identité de Perdième, nichée jusque dans les noms de nos créations – Osaka, Nairobi ou Pondichéry. Malheureusement, la pandémie de la Covid-19 a considérablement réduit nos possibilités de voyage. Mais partir à l’aventure reste possible ; on va juste un peu moins loin ! Dans ce contexte, le concept de la micro-aventure a pris de l’ampleur. Il s’agit de chercher la découverte dans son propre pays, parfois même juste à côté de son lieu de résidence. L’idée, c’est de vivre une expérience de proximité, un séjour de courte durée, accessible et dépaysant. Le but ultime, c’est de se croire à l’autre bout de la planète alors qu’on est seulement à quelques (centaines) kilomètres de chez soi. Chacun peut organiser sa propre mini-expédition ou faire appel à un organisme spécialisé dans cette nouvelle forme de tourisme. Bivouaquer quelques jours dans la forêt de son enfance, faire le tour du Queyras en raquettes, partir un week-end à vélo sur les routes du département voisin, descendre la Charente en canoë, etc. Cette façon de voyager est complètement adaptée à la période de restriction des déplacements que nous connaissons depuis deux ans, mais fera également la joie des phobiques de l’avion, des réfractaires aux longs trajets ou encore des non-spécialistes des excursions très techniques.

Bonne résolution n° 5 : changer le je(u)

Les bonnes résolutions prises en début d’année sont la plupart du temps liées à une volonté d’évolution individuelle. Nous souhaitons les tenir dans le but de donner naissance à une version améliorée de nous-même, plus dynamique, plus sereine, plus épanouie, plus heureuse en somme. L’objet de toutes les attentions ici, c’est nous-même. Pourtant, de nombreuses études1,2,3 se sont penchées sur les liens qui existeraient entre le bonheur et la qualité des relations sociales. Écouter ses proches, partager des moments de convivialité en famille ou entre amis, venir en aide aux autres constitueraient des sources de plaisir et de contentement plus grandes que de se concentrer sur sa propre personne. Il semblerait d’ailleurs que ce soit un cercle vertueux : « les comportements altruistes augmentent le sentiment de bonheur, lequel augmente les chances de mettre en œuvre des comportements altruistes. Il s’agit donc d’une spirale ascendante »1. Si se montrer généreux présente autant de bienfaits, alors pourquoi ne pas en faire une intention première pour l’année qui vient ?

 

Et vous, quid des bonnes résolutions ? Est-ce que vous êtes un adepte des plans stratégiques ultra bien ficelés ou plus de la team « on verra bien » ? Résolutions ou pas, Perdième vous souhaite une merveilleuse année 2022 !

 

Écrit par Camille Dugornay